Pourquoi Cheilly?
A ma famille
Généalogie
Cartes Postales
Pourquoi Cheilly?
Georges LAPICHE
Photo du GITE
Gîte rural à Cheilly
Vues d'avion
 
ORIGINE DE LA MAISON
Cette maison a été achetée par mes parents en 1956. Mon père, alors basé à Cognac, va être affecté à Larh en Allemage dans un logement meublé et cherche donc un pied à terre pour y déposer ses meubles. Souvent en mission de guerre (Indochine en 54, Suez en 56, Algérie en 60), il cherche aussi une maison pour sa famille (ma mère et ses 3 enfants). Mes parents sont tous les deux nés à Cheilly et sont originaires de Cheilly depuis plusieurs siècles. Cette demeure appartenait à la famille Jacqueau. C'est une maison bourgeoise qui a été construite en plusieurs étapes ; la cave et le 1er niveau, avec des murs en pierres épais. Elle a été surélevée au début du siècle par l'étage en moellons de machefer. La tour sur la droite a également été rajoutée (date?). Devant , il y avait une autre construction, visible sur certaines cartes postales et probablement démolie dans les années 20. A l'arrière, une maison avec un pigeonnier, apparement plus ancienne (17ème), sera démolie en 1969 car elle était dangeureuse, les planchers s'éffondrant dans la cave. Dans les années 1960 à 1975, mes parents vont faire beaucoup de travaux pour rendre la maison plus fonctionnelle. A partir de 1978, au déces de mon père, ma mère parviendra à la maintenir en l'état malgré des charges importantes, .... jusqu'à sa mort en 1994. Avec mon frère et ma soeur, nous tentons de conserver la maison en indivision, mais mon frère qui a sa propre rèsidence à Mercey, souhaite se retirer et ne plus supporter les charges de la maison familiale de Cheilly. En 1998, c'est l'éclatement, l'indivision prend fin, l'appartement que possédait ma mère à Meudon est vendu et chacun récupère un tiers de l'héritage de mes parents, les meubles étant répartis....de façon équilibrée. D'un commun accord, afin que la maison ne soit pas vendue à une tierce personne, elle ira à celui qui en veut et qui pourra et voudra l'assumer financièrement......la véranda est à refaire, les fenêtres sont à changer....
"Ils s'entendent bien, ils n'ont pas encore hérité!" disait Sacha Guitry.

La véranda a été refaite en 1999, identique à l'ancienne.
Nous souhaitons rénover les façades, mais en harmonie avec l'esprit du village.
Nous avons testé un jaune, mais il sera remplacé par une couleur plus chaude (moins vive).
Les encadrements seront en blanc au lieu du bleu.
La façade sur rue sera en pierre apparente.
Les JOIES de la Maison de Campagne...
Recevoir ses amis, faire de longues promenades le long du canal, au Bout du Monde ou aux Trois Croix, le marché le dimanche matin à Chagny, les rues piétonnes ou le Carrefour à Chalon sur Saône, les descentes de cave, les journées portes ouvertes chez Philippe, le VTT, les fléchettes, le Baby-foot, le Cerf-Volant, Lameloise, l'Ouillette, l'Escale, la piscine à Santenay ou Chassey le Camp, la cueillette des mûres ou des cerises, la piscine dans le jardin, les parties de boules, la pêche, la chaise-longue, le farniente, l'apéro au soleil ou à la terrasse, les voisins célibataires (ils se reconnaîtront), le petit tour du jardin dont je connais les moindres recoins, le bon pain de Santenay et ses croissants chauds le matin, la Saint Louis, les brocantes et farfouilles, le ciné à Chalon suivi du MacDo avec Sandrine, fouiller au grenier, ressortir le vélo qu'on a pas vu depuis 3 mois, les écureuils qui se courent après, coucher avec le copain ou la copine dans le dortoir du studio, rendre visite à papi et mamie au cimetière et y déposer une petite fleur.
Notre coeur palpite dès qu'on découvre Cheilly en arrivant par la route de Dezize, même après 300 km de route. La vie est paisible et douce. Qu'on y dort bien quand on n'est pas réveillé par le chien du voisin (il est heureusement parti), ou les avions de chasse qui trouent le ciel à basse altitude, deux par deux, comme les hirondelles.
...et Les PEINES
Que le lit est froid quand on arrive, le frigo est vide, il y a des araignées partout, de la poussière. Il faut tondre la pelouse, tailler les arbres, bruler les déchets, piocher et retourner la terre. Il y a toujours des travaux à faire. Impossible de réceptionner avec son portable. On n'a pas canal +. Ca coûte cher ; impôts, abonnement, factures. En plus, aller à Cheilly, c'est se passer de vacances à la mer ou au ski, "pour rentabiliser", comme disent les parents. Fermer la maison, couper l'eau, l'électricité. Tout ranger. Passer l'aspirateur. Faire les valises. Le retour sur Paris dans les embouteillages. Quelle plaie!
" qu'est ce qu'on s'ennuie dans ce bled pourri !" crient en coeur les enfants.
ET POURTANT, CE SONT BIEN MES PARENTS, QUI M'ONT TRANSMIS L'AMOUR DE CHEILLY!
cheilly
06/07/03